× Accueil Voyages Vienne Les chemins de Saint-Jacques
Symbole de la coquille Chemin de Saint-Jacques Autriche
Aperçu Purkersdorf - Ried Ried - Würmla Würmla - Herzogenburg   Sankt Andrä   Monastère Herzogenburg Herzogenburg - Göttweig Göttweig Göttweig - Maria Langegg Maria Langegg Maria-Langegg - Melk Ruine d'Aggstein Melk Melk - Maria Taferl   Artstetten   Maria Taferl Maria Taferl - Ybbs Persenbeug   Ybbs sur le Danube Ybbs - Neustadtl Neustadtl - Zeillern Zeillern - St. Pataleon St. Pantaleon - Enns Enns
étapes suivantes
Salzbourg Wörgl Innsbruck Landeck Bludenz Rankweil
  ☰ Menu Flagge Deutsch Drapeau français British flag

Le chemin de Saint-Jacques à Vienne commence sur la Stephansplatz, devant la Porte des Géants.

Cathédrale Saint-Étienne

Dans son guide, Peter Lindenthal recommande soit d'éviter Vienne sur une grande partie de son territoire, soit de la traverser en transports publics. Je déconseille l'itinéraire par la Hadikgasse recommandé dans le Guide du pèlerin Outdoor et Kosmos, ne serait-ce qu'à cause des gaz d'échappement des voitures et du bruit. Il y a un beau chemin que je voudrais décrire ici en détail. Ce serait une honte de ne pas la parcourir.

Le sentier a été balisé en 2018 presque exactement comme je l'ai décrit ici. Les déviations sont :

  • Contourner le parc Auer Welsbach sur l'asphalte le long de la route au lieu de traverser le parc en diagonale sur du gravier.
  • Pas à travers le magnifique parc du château de Schönbrunn, mais sur l'asphalte le long de l'extérieur du mur.
Façade ouest de St. Stephen

1926

2011

La Porte des Géants, photo de 1926, avant la destruction dévastatrice de la Seconde Guerre mondiale.
Si vous voulez savoir à quoi il ressemblait en 2011 - après la restauration de la façade ouest, cliquez sur l'année.

Comme je l'ai dit, on commence par la porte géante. Mais arrêtez ! Le moment du départ, de l'adieu et du lâcher-prise est bien trop important - plus important que l'arrivée - pour que nous puissions simplement partir sans réfléchir. Allons d'abord à la cathédrale et demandons la bénédiction de Dieu pour notre intention.

Photos spéciales de l'intérieur de la cathédrale

Un regard sur le "premier étage" de l'église Saint-Étienne nous montre les nombreux saints qui se tiennent aux piliers. Ils nous accompagneront. Nous rencontrerons encore et encore l'un ou l'autre en chemin et nous ferons la connaissance de nombreux nouveaux saints. Mais concentrons-nous sur la Mère de Dieu, Marie, qui est présente dans la cathédrale de plusieurs manières.

On s'en rendra compte : le chemin autrichien de Saint-Jacques est aussi un chemin de pèlerinage marial. Commençons par l'image de "Maria Pócs" dans la cathédrale Saint-Étienne. Nous marcherons d'un lieu de pèlerinage marial à un autre jusqu'à la statue de Marie dans la Liebfrauenkirche de Rankweil. Nous serons accompagnés par le "Mariahilfbild", que nous rencontrerons encore et encore. Le "Mariahilfbild" de la Mariahilferkirche de Vienne a été conservé ici dans la cathédrale Saint-Étienne pendant le deuxième siège turc.

La cathédrale est dédiée à saint Étienne et à tous les saints. Mais en raison des 93 représentations de la Vierge Marie, il s'agit également d'une cathédrale mariale.

L'image de la grâce chez Mary Póc

L'image de Marie Pócs, originaire de Hongrie, est particulièrement vénérée. De tôt le matin jusqu'à tard le soir, les fidèles se rassemblent devant la "Mère Pócs". On dit que l'image a versé des larmes.

Marie au soleil

Sur le côté gauche de la cathédrale, au deuxième autel après la chaire, l'autel dit "des vieilles femmes" est la représentation gothique de "Marie au soleil". Nous la retrouverons à Ybbs an der Donau.

L'image de la grâce était à l'origine dans l'église augustinienne. Deux anges tiennent la couronne de la maison des Habsbourg au-dessus de Marie.

Plus d'informations sur le sujet : Marie au soleil

Saint Jacques comme saint pilier dans la cathédrale Saint-Étienne

À propos : l'apôtre Jacques (à droite sur l'image) a sa place dans la section centrale de la nef latérale droite, côté sud, qui dans sa continuité est appelée le chœur des apôtres.

Si l'église Saint-Étienne est trop aux mains des touristes, nous trouvons la paix dans la chapelle Eligius, juste à côté de l'autel de Maria Pócs, où Wolfgang Amadeus Mozart aurait épousé sa Constanze. Il y a la statue gothique de Notre-Dame du monastère de la Porte du Ciel (pour laquelle il existe une belle légende) et les pèlerins suisses trouveront Saint Leodegar (saint patron de Lucerne) sur la feuille d'autel gauche du petit autel gothique.

Tampon de pèlerin Cathédrale Saint-Étienne de Vienne

Le timbre de pèlerin est disponible dans la boutique de la cathédrale.

Colonne de peste
×
Pestsäule

Traversons d'abord le Graben, passons devant la fontaine de Saint-Léopold, le saint patron du pays, la colonne de la peste baroque (richement rénovée) et la fontaine Joseph.

Coin du Graben Kohlmarkt
×
Coin du Graben Kohlmarkt

À la fin du Graben, nous tournons à gauche dans Kohlmarkt. Au coin de la rue, nous trouvons un panneau Jakobsweg. Nous marchons jusqu'à Michaelerplatz et traversons la Hofburg.

Nous sommes déjà sur la Heldenplatz avec les statues équestres du prince Eugène et de l'archiduc Charles. Nous passons la porte du château et traversons le Ring.

Monument à Marie-Thérèse
×
Monument à Marie-Thérèse

Notre chemin mène entre les deux musées, devant le monument à l'impératrice Marie-Thérèse, qui est entourée ici de ses quatre grands commandants : Daun, Laudon, Traun et Khevenhüller.

Au passage piéton sur les voies de circulation de la Museumsplatz, nous atteignons la place devant le bâtiment de la foire, les anciennes écuries de la cour, et tournons à gauche dans la Mariahilferstrasse.

Nepomukstatue

Au début de la Mariahilferstrasse se trouve ce Népomucène peu remarqué. Le gué qu'il protégeait autrefois a disparu depuis longtemps. Voici un aperçu des musées d'où nous venons.

En étudiant les anciennes cartes de Vienne, il apparaît clairement que la Mariahilferstrasse était la voie vers l'ouest et non la Wiental. On ne pouvait pas du tout s'y promener avant le règlement de Vienne et les toitures.

Des rapports de pèlerinages à la Vierge Marie aux 17e et 18e siècles attestent également que la Mariahilferstrasse et la Linzerstrasse étaient une route de pèlerinage vers l'ouest.

Nous marchons en montant le long de la Mariahilferstrasse. Des arbres ont été plantés ici il y a quelques années et sont maintenant assez grands. Depuis 2013, la Mariahilferstrasse est en partie une zone piétonne avec circulation de vélos. Nous voyons bientôt la collégiale sur la droite et lorsque nous atteignons enfin le sommet de la colline, nous trouvons notre première église de pèlerinage marial sur la gauche, l'église de Mariahilf, qui a donné son nom à la rue et à tout le quartier.

Par ailleurs, la gauche des deux statues de saints sur la façade de la Mariahilferkirche (l'église Mariahilf) est Saint Bartolomew.

Mariahilferkirche Vienne

Dès 1660, une modeste chapelle avec l'image de la Vierge Marie se trouvait ici. Cette image de Marie est une réplique de l'image de Mariahilfer Berg près de Passau, qui se trouve maintenant sur le maître-autel de l'église paroissiale d'Innsbruck. On dit que ces images ont des pouvoirs miraculeux. Une première église a été construite ici à la fin du 17e siècle, qui a été agrandie à plusieurs reprises au 18e siècle.

Devrions-nous déjà visiter une église maintenant ? Qu'est-ce qu'il y a de mal à ça ? Nous ne sommes pas encore allés loin, nous verrons beaucoup d'églises baroques. Qu'est-ce qui est en faveur ? L'image de la grâce. Nous la rencontrerons encore et encore en chemin, elle nous accompagnera à travers l'Autriche. Dans trois à quatre semaines, nous verrons l'original à Innsbruck, dans l'église paroissiale dédiée à Saint-Jacques.

Image de grâce de Mariahilf, Mariahiferkirche de Vienne

Le tableau Mariahilf à Vienne, Mariahilf

Tableau miraculeux de Mariahilf, Jakobskirche Innsbruck

L'original à Innsbruck. Il a été réalisé par Lucas Cranach en 1537.

Nous continuons vers l'ouest en traversant la rue commerçante animée, nous traversons le Gürtel à la gare de l'Ouest et nous restons sur la Mariahilferstrasse pendant environ 1,1 km jusqu'à ce que le musée technique apparaisse sur la droite et le parc Auer-Welsbach sur la gauche. Le chemin de pèlerinage authentique (marial) passe par la Linzerstrasse. Mais nous traversons le parc Auer-Welsbach en diagonale en direction de l'entrée du château de Schönbrunn. Enfin, nous avons le droit de marcher sur du gravier au lieu de l'éternel asphalte.

Carl Freiherr Auer von Welsbach (1858 -1929) est l'inventeur du manchon incandescent (lampe à gaz), de la lampe à filament métallique en osmium et de l'allumeur. Il a découvert plusieurs éléments chimiques et a créé la marque OSRAM.

Chemin à travers le château de Schönbrunn

Nous entrons dans la grande cour du château. Puisqu'il n'est plus possible de passer par le bâtiment du palais, nous faisons le tour par la droite jusqu'à ce que nous soyons de l'autre côté du palais dans le parc du palais et nous faisons quelques pas en arrière vers le grand parterre du jardin jusqu'à ce que nous voyions la Gloriette.

Le viol d'Hélène dans le parc du château de Schönbrunn

Nous prenons le chemin diagonal (Tiergarten Allee) à mi-chemin sur la droite. La statue où nous tournons représente le viol d'Hélène (photo de gauche).

Naïade avec monstre marin

Il faut beaucoup de patience pour prendre une telle photo sans touristes.

Doigt droitCliquez sur sur la fontaine et voyez à quoi elle ressemble après sa restauration en 2018.


Le chemin diagonal mène à une fontaine. C'est la fontaine avec la naïade et le monstre marin, de la gorge duquel jaillit une fontaine d'eau. Si l'on se tient derrière la fontaine et que l'on regarde vers le palais, on voit l'un des plus beaux sujets de photo de Schönbrunn (photo de droite ou ci-dessus sur le smartphone). De la fontaine, nous marchons vers la roseraie et tout droit vers la palmeraie et regardons l'église de Hietzing (photo en bas à gauche) et de là, nous marchons en diagonale à gauche vers la porte de Hietzing.


Église paroissiale de Hietzing

Photo de l'église paroissiale de Hietzing. Au premier plan, le jardin baroque devant la maison des palmiers de Schönbrunn.

Les compositions florales changent.

Voir 2011

ou  2014

ou  2018avril

ou  2018 octobre

ou  2021 oktobre


Nous quittons le parc du palais et arrivons à la Hietzinger Platz. L'église paroissiale de Hietzing, qui est étroitement liée au monastère de Klosterneuburg, abrite une image de la Vierge Marie (statue). L'intérieur de l'église a été fraîchement rénové dans un style néo-gothique.

Hietzinger Pfarrkirche Statue de Nepomuk, église de Hietzing

L'église paroissiale et de pèlerinage de Maria Hietzing.

Ce qui ressemble à une porte d'entrée dans le chœur est la chapelle extérieure de John Nepomuk.

À droite de l'église se trouve une colonne mariale, et encore plus à droite (cliquez sur l'image ci-dessous Doigt droit), le monument à Maximilien, empereur du Mexique, frère cadet de l'empereur François-Joseph de la Maison de Habsbourg.

Monument Max
×
Maximilian

Hietzing Maria
×
Maria Hietzing

Dès 1253, il y avait ici une chapelle de la Dame. Celle-ci a été détruite et reconstruite à plusieurs reprises. En 1529, lors du premier siège turc, la statue a été retirée de la chapelle et cachée dans un arbre au feuillage dense. Les Turcs ont enchaîné quatre citoyens de Hietzing et les ont attachés à l'arbre. Dans leur détresse, les hommes ont appelé Marie à l'aide et, dans la nuit, la statue s'est mise à briller et les chaînes sont tombées.

Hietzing Autel
×
Église de Hietzing, autel

Cliquez sur la photo de Maria Hietzing pour l'agrandir et sur la petite photo de l'autel pour obtenir une grande photo d'ensemble montrant la légende.

Le chemin continue le long de la Hietzinger Hauptstrasse jusqu'à ce que nous passions le Café Dommayer et tournions dans la Auhofstrasse. Nous restons sur l'Auhofstrasse et nous marchons presque toujours sous les arbres de l'avenue. Nous traversons Unter St. Veit, arrivons à Ober St. Veit et traversons Firmiangasse, nommée d'après l'évêque Firmian. Si vous regardez dans la Firmiangasse à gauche, vous pouvez voir le saint Népomucène de Ober St. Veit (si les voitures garées là le permettent). Apprenez-en plus sur Ober St. Veit, son Nepomuk et sur le château d'Ober St. Veit, largement méconnu.

Auhofstrasse

Rue Auhof (Auhofstrasse)

Notre chemin vers Santiago continue par la Auhofstrasse. À Auhofstrasse 169, nous passons devant le bâtiment moderne du monastère des Oblats. Peu après, également sur la gauche, se trouve l'entrée du couvent dominicain d'Ober St. Veit. Nous passons ensuite devant le Josephs Spital et peu après, nous tournons à droite dans la Gustav Seidel Gasse et après quelques mètres, nous tournons à nouveau à gauche dans la "Promenade", un chemin piétonnier parallèle à l'entrée ouest (marquage rouge-blanc-rouge). Protégés par un mur anti-bruit, nous continuons à marcher hors de la ville sous les arbres jusqu'à ce que la "Promenade" rejoigne à nouveau la Auhofstrasse et fusionne avec la Hofjagdstrasse.

Auhof

Maintenant, nous marchons le long du chemin piétonnier/piste cyclable, non protégé du bruit, à côté de l'entrée ouest, le long du mur du Tiergarten, en passant par le poste de transformation ouest jusqu'à l'Auhof (voir photo).

Là, à droite, se trouve une passerelle pour piétons qui enjambe la route de desserte de l'autoroute, le "Auhofbrücke". Il nous mène au "Wolf in der Au Brücke", au-dessus du Wienfluss. Après le pont et la courte ligne droite qui s'ensuit - avenue sans circulation - on peut descendre à gauche vers le Wienfluss. C'est la piste cyclable du Wienfluss que nous poursuivons maintenant vers l'ouest. (Ce chemin est fermé pendant les hautes eaux et en hiver, la seule alternative est alors de prendre la Linzerstrasse / Hauptstrasse jusqu'à Maria Brunn).


Pont sur le Mauerbach

Nous arrivons au pont sur le Mauerbach, le traversons et continuons tout droit le long du Wienfluss.
Pour les cyclistes, il y a un rail sur ce pont pour pousser.


Maria Brunn

Nous apercevons déjà l'ancien complexe monastique de Maria Brunn et passons devant jusqu'à ce qu'un petit chemin descende sur la droite (vers la Pfarrgasse).

Cela nous mène à l'église de pèlerinage de Maria Brunn. Il y a un timbre de pèlerin dans le presbytère voisin et la gentille secrétaire paroissiale a également déverrouillé la grille de l'église pour que nous puissions aller jusqu'au maître-autel avec la statue de la Vierge Marie.

Statue de la Vierge Marie, Maria Brunn

La statue de la Vierge Marie (bois de tilleul, gothique tardif/ début de la Renaissance) de la 1ère moitié du XVIe siècle.

Fontaine à Mariabrunn
×

À côté de l'église se trouve une fontaine (sur la photo à droite de l'église).
Dans la structure du puits se trouve une réplique de la statue de la Vierge Marie en grès..


église Mariabrunn

La légende raconte : En 1042, la reine Gisela, veuve de saint Étienne de Hongrie, se promena ici dans les forêts alluviales peu profondes de la rivière Vienne. Elle était malade et voulait trouver le repos. Gisela a eu soif. Ses serviteurs ont puisé de l'eau dans un puits et y ont vu une statue de la Vierge Marie. Lorsque Gisela a bu de cette eau, elle s'est immédiatement rétablie. Elle fit sortir la statue du puits et construire une petite chapelle, mais celle-ci fut rapidement détruite par la rivière Vienne. C'est ainsi que la statue s'est retrouvée dans l'église paroissiale de Weidlingau à cette époque.
En 1467, lorsque les soldats de Matthias Corvinius étaient dans la région, ils ont accidentellement jeté la statue (sans raison apparente) dans le même puits. La statue a ensuite été oubliée. Après de nombreuses années, une musique a résonné dans le puits. Ils ont pensé que des anges jouaient de la musique ici, se sont souvenus de la statue et l'ont sortie du puits pour la deuxième fois.
Sous l'empereur Ferdinand II, un monastère a été construit ici (au milieu du XVIIe siècle) pour l'ordre des Augustins déchaussés (Augustinian Barefoot Friars) à la place d'une chapelle du XVIe siècle. Le monastère a été dissous en 1828. L'académie forestière impériale (Josef Ressel y a étudié) s'est installée dans le bâtiment du monastère. Depuis 1875, le bâtiment du monastère de Mariabrunn abrite une partie du Centre fédéral de recherche et de formation sur les forêts, les risques naturels et le paysage.

Depuis Mariabrunn, nous revenons sur le chemin qui longe la rivière Wien et continuons à marcher vers l'ouest jusqu'à la fin du chemin.

Chemin de Saint-Jacques le long de la rivière Vienne

Nous traversons deux rues. Le chemin tourne à droite et rejoint la route principale. Après quelques mètres, en face d'une gare routière, on peut lire sur un panneau l'histoire du Weidlingau. Nous traversons la route principale et tournons à droite dans la Herzmanskystrasse.

La rue a été nommée d'après August Herzmansky (1834 -1896). Nous le connaissons comme le fondateur des (anciens) grands magasins Herzmansky de la Mariahilferstrasse. Ici, à Weidlingau, il a fait don d'une maison de convalescence pour enfants.

Schnitzel
×
Pizzeria Bardolino

Au coin de la rue se trouve la Pizzeria Bardolino. Nous y avons pris un bon repas à un prix raisonnable.


La Herzmanskystrasse nous mène à la gare de Wien-Weidlingau, que nous dépassons. A partir de maintenant, nous restons toujours entre la rivière Wien à gauche et le chemin de fer à droite. Ce qui suit est une partie très romantique du Christkindlweg à travers le "Christkindlwald". Inimaginable pour les pauvres pèlerins de Saint-Jacques qui lisent des guides en plein air et qui marchent de l'autre côté de Vienne (et du mur antibruit) le long de la Wientalstrasse, très fréquentée, sans savoir à quel point c'est beau et calme ici. Seule la rivière Vienne gronde. La frontière entre Vienne et la Basse-Autriche passe en plein milieu du chemin.

Villa sur Christkindlweg
×

Il n'y a pas non plus de maisons le long du chemin, à une exception près.

La Christkindlweg rejoint la Wienzeile à la station "Purkersdorf-Sanatorium", qui à son tour rejoint la Bahnhofstrasse, qui nous amène à la station Unter-Purkersdorf. Le sanatorium de Purkersdorf ne se trouve pas sur le Jakobsweg, mais de l'autre côté du Wienfluss. Il s'agit d'un bâtiment Art nouveau de Josef Hoffmann.

Nous continuons notre promenade le long de la Bahnhofstrasse de Purkersdorf et voyons de nombreuses villas Art nouveau intéressantes et passons, entre autres, devant le consulat du Népal. Nous traversons la très fréquentée Wienerstrasse, qui passe en dessous de nous. De l'autre côté de la voie ferrée se trouve l'hôtel de ville et le clocher de l'église paroissiale de Purkersdorf devient visible. Nous marchons jusqu'au métro, qui avec "Hauptplatz / Stadtsaal" nous indique le chemin à suivre pour rejoindre la place principale. L'église paroissiale de Purkersdorf (gothique à l'origine, baroquisée) n'est plus très loin. Elle est dédiée à St. James. À l'intérieur se trouve l'image de "Marie, la consolatrice des affligés" et sur une table après l'entrée, on trouve le timbre du pèlerin.

Saviez-vous que Purkersdorf s'appelait à l'origine Purchhartsdorf ? C'est du moins ce qui est dit dans un document de Heinrich Jasomirgott (acte de fondation du Schottenkloster à Vienne, 1158). Un témoin Alberonis de Purchhartsdorf y est répertorié.

Purkersdorf

Purkersdorf, juillet 2008

Image de la Vierge Marie de Purkersdorf
×
Maria Purkersdorf

Notre image de la grâce "Marie, la consolatrice des affligés"

La propriétaire de la Stieglmühle de Purkersdorf, Helene Wöhrl, a attaché l'image miraculeuse à un saule en 1709 afin de la vénérer. Comme sa fille Anna Maria a été épargnée par l'épidémie de peste de 1713, alors que le village a perdu près de la moitié de ses 250 habitants, la vénération de l'image s'est accrue énormément ; sa renommée s'est rapidement étendue à Vienne. En 1718/19, une nouvelle chapelle fut construite pour l'image, mais elle fut à nouveau fermée par l'évêque de Passau car elle avait été érigée sans autorisation ecclésiastique. En 1721/22, la paroisse a reçu l'autorisation de pratiquer la vénération publique et la construction d'une nouvelle chapelle est devenue nécessaire.

En raison des nombreux pèlerins, l'image de la Vierge Marie fut transférée dans l'église paroissiale le 5 mai 1727 par le conseiller consistorial Johann Jakob Cechotti, sans cérémonie ni pompe.

À partir de cette époque, Purkersdorf a acquis la réputation d'un lieu de pèlerinage et a longtemps été appelé "Maria Purkersdorf". L'impératrice Marie-Thérèse a également visité souvent et avec plaisir le lieu de grâce et a probablement fait don du cadre en argent pour la "Madone des soins".

Texte trouvé sur une plaque à l'entrée de l'église St James (abrégé, G.E.)


La cathédrale Saint-Étienne était à 18,5 km d'ici. C'est suffisant pour le moment. Il vaut mieux commencer doucement et rester ici pendant un certain temps. Le prochain lieu de séjour à Ried am Riederberg se trouve à environ 12 km.

Remarques à l'intention des cyclistes : à quelques exceptions près, le chemin est adapté à la pratique du vélo. Vous n'êtes pas autorisé à traverser le parc du château de Schönbrunn à vélo. Je vous recommande donc d'utiliser la piste cyclable de la Schönbrunner Schlossallee jusqu'au pont Kennedy, puis de continuer tout droit en passant par la Kleingasse, la Domayergasse et la Aufhofstrasse. Au niveau de Lilienberggassee, une rampe de descente mène à la piste cyclable de Wiental qui descend le long du Wienfluss, que les randonneurs rencontreront plus tard. Ceux qui préfèrent faire du vélo "en surface" suivent le chemin décrit ; les escaliers de l'Auhofbrücke sont équipés de rampes de poussée pour vélos.

Considérations sur l'itinéraire : La partie inférieure de la Mariahilferstrasse est une zone piétonne et arborée. La partie supérieure de la Mariahilferstrasse (1,1 km), également arborée, n'est pas aussi conviviale pour les piétons, mais elle est tout de même dorée par rapport à la Linke Wienzeile recommandée dans les guides. Se promener dans le parc du château de Schönbrunn n'est certes pas un authentique chemin de pèlerinage, mais c'est un beau chemin. Auhofstrasse est une avenue ombragée avec peu de circulation et des villas intéressantes (Villa Gustav Klimt : Feldmühlgasse 11 - mais c'est une diversion). Dans la Hofjagdstrasse, vous marchez également sous les arbres, un peu à l'écart de la circulation. La promenade le long de la rivière Wien via Mariabrunn est très belle.