× Home Voyages chemins de Saint-Jacques Pèlerinages en Allemagne Réflexions sur le pèlerinage
Kinzigtäler Chemin de Saint-Jacques symbole du coquillage
Loßburg - Schutterwald, Aperçu Loßburg - Schenkenzell Schenkenzell - Wolfach Wolfach-Haslach Haslach - Zell am Harmersbach Zell am Harmersbach - Gengenbach Gengenbach Gengenbach - Schutterwald Offenbourg
histoires points intéressants Quoi de neuf ?
  ☰ sélection Flagge deutsch Drapeau français

La "Narrenbrunnen" (fontaine des fous) de Zell am Harmersbach est située à l'angle de la Hauptstraße et de la Kanzleistraße et est dédiée aux fous du Zeller Fasend.

La scène montre le grand narrateur fier de sa carte de jeu, qui s'est penché sur le bâton du puits et qui pince avec ses ciseaux le dos du narrateur à l'escargot, qui est assis sur le tuyau du puits. Au premier plan, le Bändelenarro s'élève des profondeurs de la terre avec le Saubloder sur le bord du puits. La figure du Welschkornnarro a été ajoutée au Narrenbrunnen en 2004.


En 1330, Zell reçoit de l'empereur Ludwig la charte de la ville et devient une ville impériale libre. Le mur de défense a été construit en 1363. Les incendies de 1899 et 1904 ont marqué le paysage urbain actuel, puis de nombreuses maisons ont été construites dans le style de l'historicisme et de l'art nouveau. Leur ornementation et leurs façades ludiques, en combinaison avec les maisons médiévales à colombages, donnent à la rue principale son caractère unique.


Les vestiges de la muraille de la ville, Storchen- et Hirschturm, appartiennent ainsi aux bâtiments les plus anciens de la ville.


Après une courte montée le long du chemin de St-Jacques, cette vue de Zell apparaît.


Sur des chemins secondaires, le sentier mène le long du Nordrach vers le village de Nordrach en passant par les districts de Lindach et d'Allmend.


Le moulin Maile-Giessler

Le moulin a été construit en 1881 et était initialement alimenté par une roue à eau en bois, qui a été remplacée par une roue en fer en 1919. Il a été en service jusqu'en 1948. Il a été rénové par l'Association de la Forêt-Noire en 1982.

À l'arrière-plan, vous pouvez déjà voir l'église de Nordrach.


L'église paroissiale néo-gothique de Saint-Ulrich, richement structurée, avec sa tour de 63 mètres de haut, s'élève comme une petite cathédrale. Dans la nef gauche, dans le baptistère voûté, se trouve la pièce la plus ancienne de l'église : les fonds baptismaux de 1618, qui proviennent encore de l'ancienne église. Six colonnes en grès rouge chacune divisent la pièce de 40,8 mètres de long, 17,2 mètres de large et 17 mètres de haut. Les neuf fenêtres de chaque allée latérale et les huit fenêtres de la partie supérieure de la nef laissent entrer suffisamment de lumière, bien qu'elles soient toutes peintes. Ils dépeignent des scènes de la vie des "14 aides dans le besoin". La plupart des vitrines portent également le nom du donateur immortalisé.


Le maître-autel, sculpté et peint en 1905, illustre l'œuvre de la rédemption avec les scènes du "Rosaire douloureux".


Après une longue montée, nous nous sommes arrêtés pour déjeuner dans ce petit chalet.


Notre Gerhard à la croix de Jacques


De la Pulpe du Diable (Teufelskanzel), on a une vue jusqu'à Strasbourg.


Le chemin mène à nouveau à la descente


Chapelle Saint-Jacques

Sur le « Gengenbacher Bergle » au-dessus de la vieille ville, entouré de vignobles, trône la chapelle St-Jacques. Dans un document de 1289, elle est appelée Capella sancti Jacobi in Monte Castellberg. La chapelle Saint-Jacques, telle qu’on peut la voir aujourd’hui, date de 1682. Sur l’autel se trouve la statue baroque de Saint-Jacques en pèlerin à gauche et l’évêque Apolli-naire à droite. Apollinaire est considéré comme le fon-dateur de la communauté chrétienne de Ravenne, où le peuple l’a élu évêque et où il est mort en martyr. Selon une légende, il a vécu vers l’an 75 ; il a été envoyé par l’apôtre Pierre lui-même comme messager de la foi à Ravenne et y a travaillé pendant 20 ans comme évêque.


Jakobus
×


Descente de la Chapelle Saint-Jacques à Gengenbach